arche de triumph

Les activités ludiques et leur rôle motivant dans l’enseignement du FLE

Prof. Cobzariu Mirabela

Colegiul Economic „Dimitrie Cantemir” Suceava

L’apprentissage des langues étrangères constitue un champ de recherche très vaste et complexe pour les chercheurs dans le domaine de la didactique, ce qui explique, forcément, la multiplicité des études effectuées afin d’améliorer les méthodes et les moyens d’enseignement. L’enseignant doit créer un climat favorable pour provoquer une interaction est surtout maintenir une communication en classe en se basant sur la motivation de ses apprenants. Donner envie d’apprendre fait partie des missions de l’enseignant. L’enseignement s’appuie sur des règles qui établissent simultanément la pédagogie et la méthodologie.

Un enseignement doit avoir des méthodes et un enseignant doit choisir des options qui vont déterminer ce qu’il enseigne. L’utilisation du jeu est une nécessité dans une classe d’une langue étrangère. Cette dernière inclut dans son acte didactique une pédagogie d’enseignement/ apprentissage qui emploie le jeu comme moyen, pour bénéficier de l’envie inévitable de l’enfant à jouer. D’une manière pédagogiquement étudiée et en tant qu’activité sérieuse sous une forme ludique, l’enseignant de la langue étrangère et précisément la langue française va installer chez ses apprenants une compétence langagière par le billet du «jeu».

Le jeu est une représentation amusante et passionnante de la vie réelle qui a une très grande utilité dans l’enseignement  et à travers lequel le public des enfants découvre une autre approche de la classe de Fle, détachée des contraintes scolaires.

Types d’activités ludiques

Les jeux linguistiques

Ils englobent les jeux grammaticaux, morphologiques, lexicaux, des activités langagières qui se boivent sur les multiples composantes de la langue. A ce propos, l’apprenant met en œuvre toutes ses connaissances linguistiques ce qui reproduit un apprentissage de la langue et non une recherche de plaisir et de détente. L’enseignant devrait choisir le contenu des activités selon les besoins et niveaux de ses apprenants. Dans ce type d’activité nous proposons un exemple de jeu linguistique, celui des : Mots croisés : c’est un jeu de lettres. Son but est de retrouver tous les mots d’une grille grâce aux définitions données en annexe. Des définitions sont données pour toutes les lignes (mots horizontaux) et toutes les colonnes (mots écrits verticalement) de la grille, ainsi les lots de ces deux directions s’entrecroisent, d’où le nom de « mots croisés »

  Les jeux de créativité

En ce qui concerne le lien avec le jeu en situation pédagogique et la notion de « créativité ». Haydée Silva a écrit dans un article : « les jeux de créativité ont la fonction de développer le potentiel langagier des élèves en encourageant l’invention et la production pour le plaisir de formes, de sens, de phrases, de discours ou de récit originaux, insolites ». De ce fait les jeux de créativité engagent une réflexion plus personnelle (orale ou écrite) De la part de l’apprenant, citons dans cette catégorie l’exemple des Charades : c’est une forme de devinette qui consiste à créer des mots en associant des syllabes définies. Par exemple : Mon premier est un métal précieux, mon second se trouve dans les cieux, et mon tout est un fruit délicieux.

Les jeux culturels

Cette catégorie de jeux de langue exploite les connaissances culturelles des apprenants, comme les détermines le Dictionnaire Du Français Langue Etrangère et Seconde  les jeux culturelles qui font d’avantage référence à la culture et aux connaissances de l’apprenant.

 Présentons l’exemple du jeu du baccalauréat : ce jeu dans sa forme rituelle, consiste à remplir un tableau tout en fonction de la lettre initiale imposé par les cases, la formes du tableau est comme suite:

lettrepaysvillepersonnagemétier
FFranceFuzhouFantomàsFacteur

Les jeux dérivés du théâtre

Ce sont les jeux qui transforment la salle de classe en scène théâtrale, les apprenants en acteurs, et qui reposent sur l’improvisation,  la dramatisation, la directivité. Ces jeux à caractère théâtrale ont comme fondement la stimulation des apprenants afin d’investir leur connaissances et de les doter d’une compétence communicative et pragmatique. Les activités du théâtre varient selon les principes suivants :

L’improvisation: Dans ce cas l’apprenant va envisager des situations instantanées suite à une consigne ou une proposition de son enseignant, il est préférable de commencer par des situations banales. Par exemple le projet de vacances en famille.

 La directivité : Ce principe renvoie à une production élaborée et affinée par les deux collaborateurs pédagogiques (l’apprenant ou les apprenants sont guidés par leur enseignant).

 La dramatisation : C’est une reproduction des dialogues, textes narratifs ou des histoires, ou l’apprenant doit mobiliser ses connaissances surtout pragmatiques. Dans ce cas-là, nous proposons les jeux de rôles comme exemple. – Les jeux de rôles : un événement de communication interactif à deux ou plusieurs participants, ou chacun joue rôle pour développer sa compétence sous ses trois aspects : la composante linguistique, la composante sociolinguistique, et la composante pragmatique. C’est-à-dire l’enfant ou bien l’apprenant est face à une situation communicative d’où il est appelé à prendre la parole et à se comporter dans un groupe

A travers les activités que l’on peut proposer, l’apprenant sera lecteur, récepteur, scripteur, locuteur et/ou interlocuteur. Il sera conduit à mobiliser ses acquis en vocabulaire, grammaire… etc. Aussi, «l’apprenant sera amené, par l’expérience du jeu, à mettre en pratique deux fonctions que remplit le discours : la fonction propositionnelle (ce que disent les mots) et la fonction illocutoire (ce que l’on fait avec les mots ; donner un ordre, accuser, s’excuser,…). Ces deux fonctions seront mises en œuvre spontanément.  Un niveau élevé de motivation personnelle dans la réalisation d’une tâche, conduira l’apprenant à une plus grande implication et, par conséquent, à une mobilisation plus efficace de ses savoirs, issus de connaissances et expériences antérieures. Ceux-ci seront confrontés à ceux de ses interlocuteurs afin d’atteindre un nouveau niveau de performance.  Par le biais d’activités ludiques, les interventions en classe doivent créer des attentes chez les enfants. C’est aussi un moyen de « déscolariser » le livre.

Bibliographie :

1. Cuq, Jean. Piérre, Gruca, Isabelle, cours de didactique de français langue étrangère seconde, Ed presse université de Grenoble, Grenoble

2. Grandmont, Nicole, La pédagogie du jeu ; jouer pour apprendre, université de Boeck ; Edition Bruxelles1997

3. GAFFIOT Félix, le Gaffiot de poche, dictionnaire Latin Français, France, Paris, Hachette- livre, 2001

4. Julien Vernet, Pratique d’autoformation et d’auto direction, Édition le manuscrit 2005

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *